24/10/2012

Redéploiement économique à Couvin : pourquoi pas des laboratoires de "recherche et développement" ? ?

 

La vallée mosane des Ardennes – françaises et belges -, et le plateau Rocroi-Couvin sont en train de devenir un « désert économique ».

Electrolux va fermer à Revin, déjà lourdement touchée depuis 30 ans.

Chez nous, à Couvin, Thermic Distribution (EFEL) est en crise … Saint-Roch Couvin se débat dans la conjoncture également !

Que faire pour s’en sortir ?

Si les grandes entreprises transnationales ne sont plus garantes de stabilité , faut-il espérer dans des PME locales, à ancrage local, avec des capitaux et des directions locales ?

Le TOURISME –mais quel tourisme, et comment ? – va-t-il devenir le premier fournisseur de travail et le seul créateur de richesses ? Ce qui serait risqué !

Une autre piste, à creuser : implanter chez nous , dans notre cadre environnemental sauvegardé et d’une grande richesse , des entreprises « non lourdes » , qui viendraient installer des agglomérats de laboratoires spécialisés en « recherche et développement » pour des technologies nouvelles « non lourdes ». Idée à creuser …

C’est ainsi que la Silicon Valley s’est créée et développée.

Qu’en pensez-vous ?

Luc Thomé,

Master en Politiques Economiques et Sociales

 

Commentaires

Sofia Antipolis, la Silicon Valley française, est quasi au bord de la Méditerrannée. Par quoi peux-tu remplacer le soleil du sud pour attirer les cerveaux frileux au bord des lacs de l'Eau d'Heure? Un cadre de vie propice aux échanges entre intellectuels et à la détente fertile pour la créativité.

Écrit par : Michel | 28/10/2012

Répondre à ce commentaire

Michel ...
Si la présence en bordure de Méditerranée, et sous le ciel bleu, bleu du Sud , avec des goélands blancs, blancs ... ( chantait Marcel Amont) ... si cette présence donc était suffisante pour créer de bonnes conditions de création d'emplois et de richesses , j'aimerais alors comprendre pourquoi et comment se débattent dans les crises socio-économiques, et bancaires ... la Gr^ce, l'Espagne , le Portugal et bientôt l'Italie ...
Dans le même bilan, si la Méditerranée et son ciel bleu et son soleit sont suffisants à créer la quiétude ... et la sérénité ... pour y implanter de idées nouvelles, j'aimerais alors comprendre pourquoi sont en pleines crises ou en pleines guerres civiles ... la Tunisie, la Lybie... l'Egypte ... la Palestine ... le Liban et la Syrie ... Mais bon, nous ne parlons peiut-être pas du même bassin méditerranéen ?
Enfin, Je te conseillerais de relire les techniques et les stratégies de créativité proposées par De Bono ( les 6 chapeaux ) et par Luc de Brabandère (ingénieur civil belge) : il n'y a rien de pire que les "chapeaux noirs" qui disent que rien n'est possible ... et il n'y arien de pire que les "casseurs de motivation" , sous prétexte que "ça ne marchera pas" ...
A force de broyer du noir , on finit par sombrer dans l'encre noir de la démotivation ... et même sous le soleil ... on finit par mourir ( comme l'Etranger , de Camus )

Écrit par : thomé | 30/10/2012

Je ne comprends pas ta réaction, 'ai été sans doute trop concis. Précisément, à Sophia Antipolis (pardon pour la faute d'orthographe), ce n'est pas le climat qui a été le facteur critique qui a transformé une zone d'activité en projet de société ; c'est une étude concrète et pragmatique sur la vie quotidienne, commerces, transport, écoles, loisirs, sports et pas une réflexion sur les principes de la créativité. Si la Californie a engendré la Silicon Valley un peu par hasard, Sophia Antipolis est une plus belle réussite car tous les aspects de la vie quotidienne y ont été prévus. C'est une réalisation à étudier de près et à prendre comme modèle.

Écrit par : Michel | 01/11/2012

Avez-vous déjà visité le centre IBM de La Hulpe ? Cela vous donnerait des idées.

Écrit par : Florence Dubois | 30/10/2012

Répondre à ce commentaire

Merci de votre suggestion ... IBM , ou d'autres , bien évidemment !

Écrit par : thomé | 30/10/2012

Répondre à ce commentaire

Je disais IBM car c'est tout près.

Écrit par : Florence Dubois | 01/11/2012

Bien vu Luc.
Et je pense en outre que notre climat "tempéré" est plus propice à la cogitation que le chaud soleil de méditerrannée. lol
Le peuple belge n'est-t-il pas un peuple d'inventeurs ?
Encore faut-il retenir ou attirer ces "inventeurs" chez nous !
(Dans nos temps modernes, inventeur = chercheur ou développeur).
Il ya bien les aides régionales, fédérales même européennes, mais elles ne sont généralement pas ciblées sur une sous-région ou une localité.
Globalement, ce sont les grandes universités qui bénéficient de ces subsides.
Ne reste plus que compter sur l'initiative, la vision et la largeur d'esprit des mandataires locaux (avec l'assistance de certains citoyens ... ?) pour mettre en place des conditions d'attractivité (néologisme ?) pour ce type d'entreprise.
Terrain communaux à loyer modéré ou gratuits, primes d'installation, infrastructures économico-sociales performantes, équipe de soutien pour les jeunes entreprises, relais locaux vers les administrations des étages supérieurs y compris de très étroites relations avec les hommes politiques nationaux, etc.
Possible ? OUi ! Mais beaucoup d'inertie à vaincre !

Écrit par : Jean-Louis Bodart | 20/11/2012

Répondre à ce commentaire

Cher Luc,
C'est bien ce que j'ai déjà soulevé il y à quelques semaines sur le web: Étant donné le passé industriel de Couvin et le tarissement de ses derniers bastions de fonderies et de fabriques de poêle, j'ai entendu sous réserve,que l'avenir se trouverait dans les industries et exploitations forestières...
Ors, il est à soulever la question environnemental qui se présente.
Je m'explique, Nous sommes dans une région ou la défense de son environnement naturel est un live motif et ou de nombreuses associations sont actrices dans la sauvegarde de celui-ci. En matière de tourisme, tu sais aussi bien que moi que, le tourisme n'a jamais fonctionné depuis 1900 et c'est toujours le cas. Pourquoi? Industries et tourisme ne vont pas de paire. Aujourd’hui, on investis dans un zoning commercial style ville2 qui à mon sens est une ineptie sur un pari d'avenir économique sérieusement viable et rentable.Parallèlement, un zoning implanté sur Mariembourg pourrait faire l'objet d'un élargissement afin d’accueillir des entreprise en hautes technologique, télécommunications, service aux sociétés, développement de laboratoire de recherche agronomique (pourquoi pas en partenariat avec la faculté de Gembloux?)Je reviens au tourisme: industries obsolètes = rechercher de quoi les remplacer. Aussi simple que ça mais avec des cerveaux de bons sens et ayant une moralité de bon père de famille.
Au sujet de la taxe sur les enseignes, je suis solidaire des commerçants ayant été moi-même indépendant mais je me pose la question: Que rapporte la vente de tabac et d'alcool chez les commerçants Pakistanais qui commencent à foisonner sur Couvin et, qu"en retire la commune comme taxes? Que rapporte deux enseignes de rachat d'or, tenus par des étrangers et installé dans une région à faibles revenus par habitants? Laisse t’ont Couvin se faire dévaliser encore et toujours ? Crois moi, il y à énormément de travail à réaliser encore sur le cas de Couvin mais, parfois, dans leur petit coin, des gens bougent au lieu de parler et à mon sens, c'est ça l'avenir: échanger, partager, agir et diversifier car le monde tourne de plus en plus vite.
Cordialement, Christian Navarro, Mariembourg

Écrit par : Navarro Christian | 21/11/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.