12/11/2012

SAPIN ... or ... NOT SAPIN ?

 

Je constate qu’un nouveau débat polémique envahit les pages FaceBook de mes contacts : pour ou contre la disparition du Sapin de Noël sur la Grand-Place de Bruxelles . Suite à cela, débarquent aussi toute une série de proclamations concernant la décatholisation de certains événements traditionnels … afin de ne pas choquer certaines sensibilités musulmanes dans certains milieux intégristes…

Pour bien comprendre les origines historiques et toutes les complexités de la symbolique attachée au « sapin de Noël » … je n’ai rien trouvé de plus complet que le site  Internet :

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sapin_de_No%C3%ABl

 

Donc, à lire attentivement pour bien apprécier toutes les implications païennes ( de paganus : paysan) , puis chrétiennes … puis purement mercantiles … qui sont liées à cet arbre bien sympathique …

 

Le tout est de savoir … personnellement et/ou familialement … ce qu’on « y met » : ce qu’on y accroche … et ce qu’on dépose à ses pieds !

Signes extérieurs de richesse ? De confort ? Signes plus discrets de liens et de tissus familiaux ou amicaux ? Pure tradition non réfléchie ? Simple décoration du moment ?

 

Personnellement , j’ai décidé de ne plus « sacrifier » au mythe spécifiquement chrétien et catholique de la crèche … quant à lui vraiment par trop typé et ancré dans une idéologie spécifique !

 

Mais que dire alors du mythe du bon Père Noël … tout aussi catastrophique alors que celui du Sapin … ce Père Noël « rouge et blanc » , encapuchonné de capsules de bouteilles de Coca-Cola  … bien loin de l’authentique bonhomme vert scandinave 

En fait, il est à remarquer que notre année est ponctuée de fêtes, traditionnelles, - patronales ou laïques - ou alors créées de toutes pièces, comme Halloween, la fête des Mères, des Pères, des Grands-parents, la saint-Valentin, etc – dans le but presque exclusif de faire vendre du bonheur factice et de faire tourner la planche à billets des achats compulsifs et complètement inutiles, faisant oublier le fondement authentique de telles fêtes : la création de relations interpersonnelles et la construction de liens et de tissus sociaux, autrement plus solides que ceux de FaceBook ou autre Twitter !

 

Ceci dit … pour les semaines à venir : bonnes fêtes de St-Eloy, de Ste-barbe, de Ste-Cécile, de Saint-Nicolas … de Saint-Sylvestre ! L’essentielle étant celle, bien sûr … des SAINTS-INNOCENTS !

 

Les commentaires sont fermés.