30/11/2012

Quelles retombées pour Couvin quand le contournement sera fini ?

Si Couvin Centre devient à ce point visible , ( consultez le site du Vers l'Avenir ci-dessous) alors nos "politiques" et "décideurs" communaux doivent tout mettre en œuvre en termes de marketing touristique et en panneaux de signalisations pour donner envie aux automobilistes de quitter l’autoroute et de descendre sur et dans Couvin . Mais pour cela, il faut que Couvin devienne autrement attractif et accueillant que maintenant !!!!!!!!!!

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20121129_00238198&fb_action_ids=252624331531465&fb_action_types=og.recommends&fb_source=other_multiline&action_object_map={%22252624331531465%22%3A293685250752681}&action_type_map={%22252624331531465%22%3A%22og.recommends%22}&action_ref_map=[]


Commentaires

Si ce projet de contournement avait été étudié sérieusement et non pas poussé par les certitudes dépassées de quelques uns, l'impact sur un hypothétique développement économique aurait été estimé. Il n'y a en tout cas pas de réponse toute faite, il y a des exemples qui montre qu'un contournement achève la désertification commerciale, dans d'autre c'est l'inverse qui se passe.

Si on parie sur le tourisme, faudrait peut-être se renseigner sur ce qui l'attire ce touriste? Il y a 2 choses certaines, qu'à Couvin nous sommes en train de détruire (au contraire de nos voisins de Viroinval), c'est la nature, les paysages (on ne va pas planter des arbres sur le bitume du contournement) et le cachet, le caractère rural qui est complètement démoli par l'urbanisme anarchique (villages ruban ce qui entraîne une rupture avec le noyau bâti existant et une augmentation des coûts, banalisation (villas 4 façades sans uniformité de teinte de briques) menant à une perte d’identité.)

Plus le temps passe, plus j'ai l'impression que l'on nous a bien eu, que ce contournement va créer plus de problèmes qu'il ne va en résoudre...

Écrit par : nicolas | 02/12/2012

Répondre à ce commentaire

Cher Nicolas,
Certes, le contournement qui "s'implante" fait disparaître des arbres , de la verdure et de la biodiversité localer. Mais bon, il reste encore suffisamment d'hectares bien peuples qui entourent ce futur ruban de bitume.

L'autoroute française -qui traverse l'Auvergne et le Massif central met justement ce superbe domaine des puys en valeur, par exemple.

Voici mon début de réponse à ton propos :

Pourquoi le tourisme
comme moteur de renouveau socioéconomique à Couvin ?

Dans une économie polyvalente bien planifiée et bien gérée, le secteur du tourisme peut représenter de 5 à 10 % du volume d’emplois, ainsi que de la création de richesse – que l’on pourrait dans le cadre de Couvin appeler « produit local brut » -.

En termes de « capitaux », notre entité possède de nombreux atouts pour construire les bases d’un tourisme créateur non seulement d’emplois, de richesse, mais aussi de cadre de vie agréable et de qualité pour l’ensemble de nos concitoyens. Actuellement, ces « capitaux » de base, bien présents, sont pourtant malheureusement insuffisamment exploités et mis en valeurs : Couvin manque de visibilité vers l’extérieur, Couvin croit trop peu en ses capacités à attirer et à fidéliser une clientèle touristique.

Quels sont nos « capitaux » de base ? Un capital naturel et paysager exceptionnel (Thiérache, Calestienne et Fagne). Un capital humain : des entreprises locales avec des entrepreneurs dynamiques, des agriculteurs courageux dans l’espace de la Politique Agricole Commune, des commerçants, des artisans, des artistes. Un capital social d’une très grande richesse : un secteur associatif diversifié, dense, avec des pratiquants et des bénévoles dynamiques et actifs. Un capital spécifiquement touristique qui peut se décliner dans un capital bâti architectural soit historique – Couvin, Mariembourg - , soit pittoresque , avec chacun des villages de l’entité, sans oublier un capital gastronomique, un capital folklorique, et bien évidemment un capital culturel au gré de l’Histoire, avec des personnages marquants.

Mais ces capitaux manquent de visibilité et sont sous-exploités.
Certes, l’Administration Communale possède et gère, pour ses rentrées financières « à l’ordinaire », les exploitations des Grottes de Neptune et de l’Abri d’Hitler. C’est bien, mais c’est trop peu !

Couvin doit développer une « politique touristique » nettement plus ambitieuse : redonner à l’entité sa caractéristique d’antan comme lieu de villégiature, de repos et de détente dans un cadre naturel sain et de qualité, et profiter de l’opportunité du « contournement » pour se positionner comme VILLE ETAPE sur le chemin, aller et/ou retour, des vacanciers.

Des chantiers peuvent alors se dégager pour construire un tourisme de qualité, qui soit créateur d’emplois locaux, aves des retours immédiats tant pour la Commune que pour les investisseurs privés. Brièvement : création de vrais sentiers de randonnées, avec des guides spécialisés pour les animer ; redynamisation de l’HORECA, avec une augmentation des lits et des tables de restauration, soit avec des hôtels/restaurants, soit avec un réseau de gîtes labellisés ( tables d’hôtes, chambres d’hôtes , gîtes à thèmes) , mise en valeur de nos artisans et de nos artistes, et création d’espaces muséaux qui enfin rendront honneur à notre glorieux passé spécifique : celui des fonderies, du travail du bois, des raquettes, notamment. Enfin, une politique globale d’entretien, de restauration et de promotion de notre patrimoine bâti architectural et historique permettrait de donner à Couvin, Mariembourg et les villages un attrait non négligeable de cadre de qualité qui attire puis fidélise la clientèle touristique.

Ceci dresse très succinctement les grands axes d’une valorisation touristique de notre entité communale. Je me tiens à la disposition de tout qui voudrait prendre connaissance de mon mémoire universitaire concernant la problématique (une version en pdf est disponible).


Luc Thomé
Master en Politiques économiques et sociales

Écrit par : thomé | 03/12/2012

Merci pour votre réponse !
Je suis entièrement d'accord avec, mais je pense que nous ne nous rendons pas compte de la chance que nous avons de vivre dans un tel cadre, que c'est en grande partie celui-ci qui attire le touriste et que nous sommes tout simplement en train de l'anéantir. Et une fois qu'il sera détruit, le touriste ira simplement voir ailleurs.

Écrit par : Nicolas | 03/12/2012

Répondre à ce commentaire

Cher Nicolas,

Je tiens à votre disposition mon mémoire de la FOPES qui m'a permis , entre autres, de devenir Master en Politiques Économiques et Sociales. J'y aborde la problématique d'un "ÉCOTOURISME" équilibré et respectueux des patrimoines locaux. Un écotourisme bien pensé et bien géré peut être très porteur pour notre localité : mais beaucoup reste à faire dans ce sens. Ne dramatisons pas : le pourcentage de terres et d'horizons "occupés" par le contournement ne détruit pas tout la patrimoine paysager et panoramique de notre entité ! Il en reste, et des très beaux ...

Écrit par : thomé | 04/12/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.