30/11/2012

Quelles retombées pour Couvin quand le contournement sera fini ?

Si Couvin Centre devient à ce point visible , ( consultez le site du Vers l'Avenir ci-dessous) alors nos "politiques" et "décideurs" communaux doivent tout mettre en œuvre en termes de marketing touristique et en panneaux de signalisations pour donner envie aux automobilistes de quitter l’autoroute et de descendre sur et dans Couvin . Mais pour cela, il faut que Couvin devienne autrement attractif et accueillant que maintenant !!!!!!!!!!

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20121129_00238198&fb_action_ids=252624331531465&fb_action_types=og.recommends&fb_source=other_multiline&action_object_map={%22252624331531465%22%3A293685250752681}&action_type_map={%22252624331531465%22%3A%22og.recommends%22}&action_ref_map=[]


27/11/2012

Un futur parc éolien à Gonrieux ?

 

Annoncé par voie de presse locale dans le dernier Passe-Partout, et développé sur le blog de Bernard Theys :

Dans le contexte global de la politique européenne, nationale et régionale de réduction des émissions de gaz à effet de serre, les sociétés KDE Energy Belgium et EDF Luminus envisagent la construction d’un parc éolien de 4 ou 5 mats sur le territoire de Gonrieux, dans l’alignement visuel du récent parc éolien de Chimay-Lompret.

Cela sera soumis à l’obtention d’un permis unique, qui sera délivré au terme de toute une procédure légale, faite d’informations et d’enquêtes, procédure qui débute par une « réunion citoyenne » le lundi 10 décembre à Gonrieux, à 20 heures, en la salle du Dowaire, rue du même nom, à Gonrieux.

Comme suite à cette première réunion, les observations, remarques, questions et propositions d’alternatives pourront être formulées par les citoyens couvinois  jusqu'au 10 janvier 2013, par écrit, au Collège communal de Couvin, avec une copie à KDE Energy Belgium, Square de Meeus 38/4, 1000 Bruxelles.

 

Pourquoi placer le seul secteur HORECA dans le collimateur des contrôles ?

 

 

Le secteur HORECA dans le collimateur ? Injuste : on rencontre plein de fraudeurs dans tous les autres secteurs, dont celui du bâtiment, de la construction, tous les petits boulots au noir chez les privés, etc.

 

L’article  que voici, publié ce 27/11/12 dans la LB est plein de nuances et propose une analyse réaliste :

 

http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/780107/l-ucm-...

 

C’est à juste titre que l’UCM demande des mesures et des contrôles qui ne ciblent pas uniquement l’HORECA, mais aussi tous les autres domaines des services.

 

Et notamment, de contrôler tous ces travailleurs qui prestent au noir, soit après leurs heures de travail officiel, soit tous ces demandeurs d’emploi, très souvent des chômeurs généralement de très longue durée, qui se complaisent dans leur situation d’assistés tout en travaillant au noir. Nous en connaissons tous, près de chez nous … qui partent tôt matin et rentrent tard le soir, leurs outils et leurs matériels à peine dissimulés dans leur voiture ou leur utilitaire pour aller, le plus souvent , prester dans la construction et/ou la rénovation d’habitations.

Nous en connaissons tous aussi des ces enseignants qui font des cours privés à domicile, de ces « psychothérapeutes » autoproclamés, sans titre officiel, qui « accompagnent » des individus en détresse…, etc., etc.

Si les deux parties – le travailleur et le commanditaire de la prestation de service - y gagnent … « égoïstement » … c’est l’ensemble de la société et donc tous leurs concitoyens qui y perdent : en éludant les taxes, impôts divers et charges sociales multiples… le réseau du travail au noir fait que les recettes demandées par l’Etat et ses entités viendront être prises plus fortement  sur celles et ceux qui ont le courage et l’honnêteté de prester leurs heures de travail au vu et au su de tout le monde.

 

Donc, personnellement, je comprends cette demande de l’UCM qui demande de renforcer les contrôles et d’exercer les amendes à payer dans tous les secteurs, et pas seulement celui de l’HORECA.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

23/11/2012

"DAR" reconnu illégal ! Que va devenir le dossier du Contournement de Couvin ? ?

 

Comme annoncé par voie de presse écrite ou radiophonique, les Couvinois apprennent ce matin que le Décret de l'Autorité Régionale (DAR) doit être désormais vu comme illégal. Par conséquent, les projets qui ont été adoptés sous le couvert de ce Décret « DAR » peuvent donc être eux aussi considérés comme illégaux.

Or, plusieurs projets ont été ratifiés par le Parlement wallon via ce Décret de l'Autorité Régionale, pour permettre plus facilement et plus rapidement de grands travaux déclarés d'intérêt public, dont le contournement de Couvin.

Le "DAR" étant donc désormais invalidé, d'éventuels opposants au contournement de Couvin – dont des privés, ou bien des partis politiques opposés au projet , comme ECOLO … , ou des asbl comme Inter-Environnement  - pourraient demander l'annulation du permis au Conseil d'Etat, qui redevient le seul lieu où les recours peuvent être introduits.

Les Couvinois doivent-ils craindre un retour des opposants au contournement devant le Conseil d’Etat ? 

Les principaux opposants – privés - au contournement, dans la mesure où ils avaient obtenu confirmation des promesses concernant les expropriations de leurs terres, s'étaient engagés à arrêter les procédures de recours.

Mais peut-on être certain que d'autres citoyens ne se remettront pas à contester le projet : la locale ECOLO de Couvin, irritée et déçue d’avoir été éjectée du prochain conseil communal pourrait-elle se rappeler aux bons souvenirs de ses partisans et militants, en montant une fois de plus aux créneaux pour défendre les grenouilles, les orchidées, les chauves-souris, le petit gibier ? 

Contrairement à ce que pense et commente Patrick Lemaire dans les pages du quotidien Vers l’Avenir …il se pourrait donc bien que nous assistions à un retour d’opposants convaincus de leurs bonnes idées !

Comme le signale le blog de Bernard Theys, «  Le Couvinois qui vous dit quoi » , le permis d'urbanisme autorisant le contournement a été signé le 3 février 2009. Une dizaine de jours après, il était ratifié par le Parlement wallon sous le couvert du DAR. Seulement une petite huitaine de jours se sont donc écoulés entre la signature du permis et la possibilité légale de le contester au Conseil d'Etat. Or le délai légal est de 60 jours...Cette situation ne serait pas possible si le permis avait été ratifié après le délai de 60 jours. Ce qui n'est pas le cas.

Mais alors ? Si une fois encore, si une fois de plus, le contournement est remis en cause … quelle suite va se dégager de cela ? Arrêt des travaux, et alors, naissance d’une Xième situation de « Grands Travaux Inutiles et Inachevés » ? Les dédommagements plantureux octroyés à la Commune de Couvin pour expropriations de ses bois et pour la perte d’exploitation de ceux-ci vont-ils être effectivement payés à la Commune de Couvin ? Si oui, très bien, ouf !  Si non, quid du budget couvinois pour 2013 ? Quid pour les travaux de la bibliothèque communale ?  Une mise sous tutelle et un contrôle du CRAC serait-il alors une fois de plus envisageable ?

Pas mal de questions restent donc ouvertes depuis ce matin !

 

Luc Thomé,

Membre actif au sein du MR Couvinois

Master en Politiques Économiques et Sociales

21/11/2012

Taxes communales sur les enseignes lumineuses à Couvin : suite … mais pas fin !

 

Taxes communales sur les enseignes lumineuses à Couvin : suite … mais pas fin !

 

A propos des enseignes lumineuses … je ne vous avais pas encore tout dit !

 

Leur surface imposable serait calculée comme suit :

-         s’il s’agit d’une seule surface, à raison des dimensions du dispositif qui contient l’enseigne ou la publicité, et s’il s’agit d’une figure géométrique irrégulière, à raison de celles de la figure géométrique la plus régulière la plus petite dans laquelle le dispositif est susceptible d’être inscrit

-         si l’enseigne ou la publicité comporte plusieurs faces, la taxe est calculée sur base de la surface totale de toutes les faces visibles simultanément ou successivement

-         si l’enseigne ou la publicité est constituée elle-même par un volume, la surface de ce dernier est forfaitairement censée être triple du produit de sa hauteur par sa plus grande largeur

-         Si le dispositif d’un appareil permet la présentation ou la projection successive de plusieurs textes ou images, la taxe sera perçue autant de fois qu’il existe de présentations ou de projections différentes.

 

Pour rappel, la taxe sera de 0,20 euro le dm², donc 20 euros le mètre carré!

 

-         Tout cordon lumineux qui ne fait pas corps avec l’enseigne ou la publicité sera taxé quant à lui, non à la raison de la surface qu’il délimite, mais bien à la raison de sa longueur, et alors au taux de 0,50 euro le mètre courant !

 

Et voilà !

 

Indépendants, commerçants, entrepreneurs, prestataires de services … réfléchissez donc bien dans les semaines qui viennent aux investissements que vous déciderez de faire dans vos enseignes lumineuses !

 

Elles sont importantes et primordiales pour vous : elles vous font connaître, reconnaître, vous rendent visibles aux clients potentiels : cela fait partie intégrante de votre « gagne-pain ». C’est une condition sine qua non de votre vie et de votre survie sur et dans le territoire commercial. Mais si cela vous est « reproché » par une série de taxes exorbitantes, alors, certes, réfléchissez bien aux ratios de vos retours sur investissements dans ce domaine de l’enseigne !

 

Dans les mois qui viennent, nul doute que notre nouveau conseiller communal du MR, Richard ADANT, montera en lice dans le champ de bataille des échanges communaux pour s’y faire le champion de la cause des commerçants et indépendants. Nul doute qu’il y sera accompagné des autres mandataires issus du MR et de IC, unis sur les bancs de l’opposition.

 

Luc THOMÉ,

Membre actif au sein du MR Couvinois

Master en Politiques Economiques et Sociales.