03/12/2012

Tourisme à Couvin ? Soigner d'abord l'accueil visuel !

 

Quel projet touristique pour Couvin ?

D’abord, soigner l’accueil visuel !

Et notamment en plein centre historique du « Vieux Couvin » …

Borne état novembre 2012 117.jpg

Borne état novembre 2012 118.jpg

Borne état novembre 2012 120.jpg

Halles état novembre 2012 113.jpg

Halles nov 2012.jpg

Halles état novembre 2012 116.jpg

maison communale état novembre 2012 123.jpg

Place église état novembre 2012 121.jpg

 

 

J’en appelle de façon citoyenne à nos tout récents élus qui désormais vont siéger au Conseil Communal et au Collège !

Quand et comment allez-vous prendre des mesures réelles pour soigner l’aspetc visuel du Centre de Couvin ?

Quand et comment allez-vous soigner les chancres qui déparent notre patrimoine bâti historique ?

Quand et comment allez-vous gérer - prévenir et/ou sanctionner - la délinquance de rue qui détruit et détériore nos installations ?

 

Luc THOMÉ

 

Master en Politiques Economiques et Sociales

Membre actif au sein du MR couvinois.

Le Tourisme comme moteur couvinois ?

 

Pourquoi le tourisme

comme moteur de renouveau socioéconomique à Couvin ?

 

Dans une économie polyvalente bien planifiée et bien gérée, le secteur du tourisme peut représenter de 5 à 10 % du volume d’emplois, ainsi que de la création de richesse – que l’on pourrait dans le cadre de Couvin appeler « produit local brut » -.

 

En termes de « capitaux », notre entité possède de nombreux atouts pour construire les bases d’un tourisme créateur non seulement d’emplois, de richesse, mais aussi de cadre de vie agréable et de qualité pour l’ensemble de nos concitoyens.  Actuellement,  ces « capitaux » de base, bien présents, sont pourtant malheureusement insuffisamment exploités et  mis en valeurs : Couvin manque de visibilité vers l’extérieur, Couvin croit trop peu en ses capacités à attirer et à fidéliser une clientèle touristique.

 

Quels sont nos « capitaux » de base ? Un capital naturel et paysager exceptionnel (Thiérache, Calestienne et Fagne). Un capital humain : des entreprises locales avec des entrepreneurs dynamiques, des agriculteurs courageux dans l’espace de la Politique Agricole Commune, des commerçants, des artisans, des artistes. Un capital social d’une très grande richesse : un secteur associatif  diversifié, dense, avec des pratiquants et des bénévoles dynamiques et actifs. Un capital spécifiquement touristique qui peut se décliner dans un capital bâti architectural soit historique – Couvin, Mariembourg - , soit pittoresque , avec chacun des villages de l’entité, sans oublier un capital gastronomique, un capital folklorique, et bien évidemment un capital culturel au gré de l’Histoire, avec des personnages marquants.

 

Mais ces capitaux manquent de visibilité et sont sous-exploités.

Certes, l’Administration Communale possède et gère, pour ses rentrées financières « à l’ordinaire », les exploitations des Grottes de Neptune et de l’Abri d’Hitler. C’est bien, mais c’est trop peu !

 

Couvin doit développer une « politique touristique » nettement plus ambitieuse : redonner à l’entité sa caractéristique d’antan comme lieu de villégiature, de repos et de détente dans un cadre naturel sain et de qualité, et profiter de l’opportunité du « contournement » pour se positionner  comme VILLE ETAPE sur le chemin, aller et/ou retour, des vacanciers.

 

Des chantiers peuvent alors se dégager pour construire un tourisme de qualité, qui soit créateur d’emplois locaux, aves des retours immédiats tant pour la Commune que pour les investisseurs privés. Brièvement : création de vrais sentiers de randonnées, avec des guides spécialisés pour les animer ; redynamisation de l’HORECA, avec une augmentation des lits et des tables de restauration, soit avec des hôtels/restaurants, soit avec un réseau de gîtes labellisés ( tables d’hôtes, chambres d’hôtes , gîtes à thèmes) , mise en valeur de nos artisans et de nos artistes, et création d’espaces muséaux qui enfin rendront honneur à notre glorieux passé spécifique : celui des fonderies, du travail du bois, des raquettes, notamment. Enfin, une politique globale d’entretien, de restauration et de promotion de notre patrimoine bâti architectural et historique permettrait de donner à Couvin, Mariembourg  et les villages un attrait non négligeable de cadre de qualité qui attire puis fidélise la clientèle touristique.

 

Ceci dresse très succinctement les grands axes d’une valorisation touristique de notre entité communale. Je me tiens à la disposition de tout qui voudrait prendre connaissance de mon mémoire universitaire concernant la problématique (une version en pdf est disponible).

 

 

Luc Thomé

Master en Politiques économiques et sociales

30/11/2012

Quelles retombées pour Couvin quand le contournement sera fini ?

Si Couvin Centre devient à ce point visible , ( consultez le site du Vers l'Avenir ci-dessous) alors nos "politiques" et "décideurs" communaux doivent tout mettre en œuvre en termes de marketing touristique et en panneaux de signalisations pour donner envie aux automobilistes de quitter l’autoroute et de descendre sur et dans Couvin . Mais pour cela, il faut que Couvin devienne autrement attractif et accueillant que maintenant !!!!!!!!!!

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20121129_00238198&fb_action_ids=252624331531465&fb_action_types=og.recommends&fb_source=other_multiline&action_object_map={%22252624331531465%22%3A293685250752681}&action_type_map={%22252624331531465%22%3A%22og.recommends%22}&action_ref_map=[]


27/11/2012

Un futur parc éolien à Gonrieux ?

 

Annoncé par voie de presse locale dans le dernier Passe-Partout, et développé sur le blog de Bernard Theys :

Dans le contexte global de la politique européenne, nationale et régionale de réduction des émissions de gaz à effet de serre, les sociétés KDE Energy Belgium et EDF Luminus envisagent la construction d’un parc éolien de 4 ou 5 mats sur le territoire de Gonrieux, dans l’alignement visuel du récent parc éolien de Chimay-Lompret.

Cela sera soumis à l’obtention d’un permis unique, qui sera délivré au terme de toute une procédure légale, faite d’informations et d’enquêtes, procédure qui débute par une « réunion citoyenne » le lundi 10 décembre à Gonrieux, à 20 heures, en la salle du Dowaire, rue du même nom, à Gonrieux.

Comme suite à cette première réunion, les observations, remarques, questions et propositions d’alternatives pourront être formulées par les citoyens couvinois  jusqu'au 10 janvier 2013, par écrit, au Collège communal de Couvin, avec une copie à KDE Energy Belgium, Square de Meeus 38/4, 1000 Bruxelles.

 

Pourquoi placer le seul secteur HORECA dans le collimateur des contrôles ?

 

 

Le secteur HORECA dans le collimateur ? Injuste : on rencontre plein de fraudeurs dans tous les autres secteurs, dont celui du bâtiment, de la construction, tous les petits boulots au noir chez les privés, etc.

 

L’article  que voici, publié ce 27/11/12 dans la LB est plein de nuances et propose une analyse réaliste :

 

http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/780107/l-ucm-...

 

C’est à juste titre que l’UCM demande des mesures et des contrôles qui ne ciblent pas uniquement l’HORECA, mais aussi tous les autres domaines des services.

 

Et notamment, de contrôler tous ces travailleurs qui prestent au noir, soit après leurs heures de travail officiel, soit tous ces demandeurs d’emploi, très souvent des chômeurs généralement de très longue durée, qui se complaisent dans leur situation d’assistés tout en travaillant au noir. Nous en connaissons tous, près de chez nous … qui partent tôt matin et rentrent tard le soir, leurs outils et leurs matériels à peine dissimulés dans leur voiture ou leur utilitaire pour aller, le plus souvent , prester dans la construction et/ou la rénovation d’habitations.

Nous en connaissons tous aussi des ces enseignants qui font des cours privés à domicile, de ces « psychothérapeutes » autoproclamés, sans titre officiel, qui « accompagnent » des individus en détresse…, etc., etc.

Si les deux parties – le travailleur et le commanditaire de la prestation de service - y gagnent … « égoïstement » … c’est l’ensemble de la société et donc tous leurs concitoyens qui y perdent : en éludant les taxes, impôts divers et charges sociales multiples… le réseau du travail au noir fait que les recettes demandées par l’Etat et ses entités viendront être prises plus fortement  sur celles et ceux qui ont le courage et l’honnêteté de prester leurs heures de travail au vu et au su de tout le monde.

 

Donc, personnellement, je comprends cette demande de l’UCM qui demande de renforcer les contrôles et d’exercer les amendes à payer dans tous les secteurs, et pas seulement celui de l’HORECA.

Et vous, qu’en pensez-vous ?